virus

Le coronavirus, covid-19 ou sars-cov-2 de ses petits noms, a frappé. Il a frappé fort. Mais il a frappé beaucoup moins fort que le tabac (75000 décès par an), l’alcool (41000 décès par an) ou la pollution de l’air aux particules fines (48000 décès par an). Les chiffres viennent de Santé Publique France. L’impréparation a été criante : manque de masques, de tests, de gel, de lits dans les hôpitaux, de personnel médical. C’est surtout le manque d’une capacité à mobiliser les personnes qui avaient le savoir faire et un louvoiement improvisé destiné sûrement à sauver les apparences qui ont été flagrants. « C’est la faute au virus ! » Et le virus est la faute de l’humain et le moins que l’humain  puisse faire est d’assumer ses responsabilités … avec courage.