une allergie, a-t-il dit – an allergy, did he say

– I see !
– Myself, I don’t see !

11 réflexions sur “une allergie, a-t-il dit – an allergy, did he say

  1. Ton dessin me rappelle une petite histoire pour bien commencer la semaine:
    J’aidais à installer la sono d’un établissement public accueillant des artistes dans la station de montagne où j’enseignais le ski. J’y ai côtoyé Charlélie Couture, Jacques de Bronckard, Léo Ferret et bien d’autres. Un soir j’aidais un pianiste aveugle à s’installer. Nous avons partagé un bon moment d’hilarité, caractéristique propre aux artistes non voyants. Je terminais une phrase par « Tu vois ce que je veux dire ». Réponse du pianiste: « Oui, je vois… je vois même parfaitement! »

    Aimé par 1 personne

    • J’ai déjà entendu des histoires similaires. Comme quoi on ne pense pas tout ce que l’on dit !
      J’ai l’expérience inverse. Jeune ingénieur, j’arrive très fier à une présentation d’un projet avancé et compliqué devant le client avec des transparents qui montraient des courbes et des tableaux en couleurs, facilement lisibles, une première dans cet environnement. Le client : « Je suis daltonien. Je ne vois pas les couleurs ! » M…
      Merci et une belle journée à toi, à Cornelia et à Nico.

      J’aime

    • Si cela avait été le coup du poing, je pense que je l’aurais fait au beurre noir. En fait, mon œil n’était ni rouge ni fermé mais bel et bien enflé et très sensible à la lumière du soleil. Le médecin a mis moins d’une minute à poser un diagnostique, qu’il a confirmé en moins de cinq minutes avec une lampe dont je me souviens encore. Et il avait raison puisque les symptômes ont presque complètement disparu en deux jours.
      Merci, Anatole, et une belle fin de journée à toi.

      J’aime

      • Je me souviens d’un usager qui s’était fait piquer par une guêpe entre les deux sourcils et dont les paupières avaient enflées, on ne voyait plus ses yeux durant deux jours.
        Le coup de poing c’est une situation que j’ai vu durant ma période d’activité.
        A pluche.

        Aimé par 1 personne

        • J’ai eu une rencontre moins grave, aux Pays-Bas, à vélo, avec une araignée, retrouvée en partie, par l’infirmière du centre médical, quelques minutes plus tard. Choc anaphylactique, antihistaminique à belle dose, suivi continu pendant deux heures avant de rentrer chez moi pour une très longue sieste. Le lendemain, il n’y avait plus rien à voir.
          Mais une guêpe, bigre !
          Merci, Anatole, et une belle fin de journée à toi sans mauvaise rencontre.

          J’aime

Les commentaires sont fermés.