virus à la plage – virus on the beach

Annonce : Didier Schmitt, le scénariste de Safari Rouge, chez Weyrich, cherche un dessinateur ou une dessinatrice pour dessiner des arrières plans de villes et quartiers futuristes similaires aux pages 40 et 41 du tome 1, Octopus.

33 réflexions sur “virus à la plage – virus on the beach

  1. Juste une petite réflexion, en plan ‘grognon’: Que je sache, le virus ne se déplace pas seul. Si on le trouve à un endroit… c’est qu’un humain l’y a emmené. Ceux qui me cherchent peuvent donc éliminer de leurs investigations tous les lieux de villégiatures des troupeaux. Bonne semaine à toutes et tous!

    Aimé par 2 personnes

    • Idem ici, Akimismo ! J’attends que la transhumance d’automne soit passée pour aller faire un tour dans un coin un peu isolé. En revanche, je ne me vois pas vivre sans contacts humains.
      Merci à toi, Akimismo, et une belle et profitable semaine à toi également.

      J'aime

    • L’absence de savoir n’excuse pas l’inconscience. Et les propriétaires de boîtes de nuit exhortent à la réouverture, pour éviter l’hallali. Pardi … le virus se marre !
      Merci, Catherine, et bise et une douce soirée à toi.

      Aimé par 1 personne

      • Je ne peux m’empêcher ce 😀 à ton humour sans faille
        & encore: Celui-là est certainement une variante d’ asymptomatique (non virulent)–Une sorte d’ hypocondriaque, venu se réfugier sous un parasol !

        Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.