Abbé Meslier

4526_meslier_100

– Benches for the miners ? It’s you who are going to the bottom of the mine !

L’abbé Meslier (1664-1729) était une personnage atypique. Il a mis en colère un noble local en faisant mettre dans son église d’Étrépigny (Ardennes), des bancs pour les pauvres. Il est mort en laissant trois manuscrits d’un essai de 1000 pages dont le titre complet est « Mémoire des pensées et sentiments de Jean Meslier, prêtre-curé d’Etrépigny et de Balaives, sur une partie des erreurs et des abus de la conduite et du gouvernement des hommes, où l’on voit des démonstrations claires et évidentes de la vanité et de la fausseté de toutes les religions du monde, pour être adressé à ses paroissiens après sa mort et pour leur servir de témoignage de vérité à eux et à tous leurs semblables. » L’abbé Meslier était athée ! Quant aux mines de fer, des minières, elles étaient très proches d’Étrépigny, à ciel ouvert, peu profondes, 50-80m, et exploitées par des saisonniers quand la production agricole était au ralenti. (Merci Jean-Paul !)

Reverend Meslier (1664-1729) was an atypical character. It made a local nobleman infuriated by putting benches, in his church in Étrépigny (Ardennes), for the poors. He died leaving three manuscripts of a 1000 pages essay the complete title of which is « Memory of the thoughts and feelings of Jean Meslier, pastor-priest of Etrépigny and Balaives on some errors and abuses of the conduct and government of men, which shows clear and obvious demonstrations of the vanity and falseness of all religions of the world, to be addressed to his parishioners after his death and to serve as a testimony of truth to them and all their fellows.  » Reverend Meslier was an atheist ! As for the iron mines, named « minières » for small mines, they were very close to Étrépigny, opencast, shallow, 50-80m, and exploited by seasonal workers when agricultural production was low.

Publicités

13 réflexions sur “Abbé Meslier

    • En effet, Francis ! Il y a eu des enjeux politiques et philosophiques derrière le testament de l’abbé Meslier. Son nom est gravé sur un monument à la gloire des précurseurs du socialisme moderne le long du mur du Kremlin ! C’est Voltaire le premier qui publia le testament de Meslier. Et c’est encore souvent la version de Voltaire qui est disponible aujourd’hui. Comme le testament ne lui plaisait pas entièrement, il a sauvagement élagué ce qui l’embarrassait et réécrit des passages entiers. Une édition complète (que je n’ai pas lue !) est : Mémoire contre la religion, Jean Meslier, édition Coda, ISBN-13: 978-2849670279) … un pavé !

      Aimé par 1 personne

    • Merci bien, Caroline ! Il est en effet assez étonnant de trouver un tel personnage, entier, dans un village aussi petit qu’Étrépigny. Ceci dit je ne sais pas combien d’habitants vivaient à Étrépigny au début du 18ème siècle. Une très belle journée à vous !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s